Nouvelle rubrique – Il y a 10 ans déjà

Nouvelle rubrique sur votre site. Retour sur un événement qui s’est déroulé il y a 10 ans à Saint-Romain-d’Urfé. Le premier revient sur l’hommage à Georges Brassens en date du samedi 5 novembre 2011.

Soirée Brassens : la route aux vingt-cinq chansons

Un vibrant hommage à Tonton Georges a été proposé pour le trentième anniversaire de sa mort devant un public venu nombreux.

Des copains d’abord ou plutôt à bord d’une salle des fêtes pleine à craquer ont livré une prestation remarquable en hommage à Georges Brassens ce samedi 5 novembre. Vingt-cinq chansons interprétées par des chanteurs locaux amateurs (mais que le nom) ont offert à cette soirée des moments inoubliables. Michel Girin a ouvert le bal avec « Je suis un voyou », « Le grand chêne » ou « Le fantôme ». Le ton était donné. Il interpréta également accompagné de sa maman, Rolande, « Le 22 septembre » et la salle entière frissonna. Eliane et Gérard Savatier prirent le relais avec des sujets tabous comme « La tondue » ou plus légers comme « Pour me rendre à mon bureau ». Cœur de chorale, une troupe de Grézolles donna également la réplique avec notamment « Les sabots d’Hélène » ou « Bécassine », pas la cousine, l’autre… Guy Bonnet et Bernard Viallon n’ont pas mauvaise réputation et s’en sortirent avec les honneurs. Pascal Benoît dépoussiéra au goût du jour « Le roi » mais promis… on taira les noms. José-Louis Théry et son célèbre accent livra « L’eau de la claire fontaine » en provençal et toucha le public avec « La pensée des morts » ou « Le testament ». La fin approchait. Toute la troupe se mettait à l’unisson pour chanter « Les copains d’abord ». Le public était conquis même s’il n’avait pas vu de la soirée le nombril d’une femme d’agent de police et en redemandait. Alors le gorille fut lâché. D’ailleurs, on n’arrête pas un gorille et encore moins Brassens. Normal, il est éternel.