Petit à petit, la Marpa fait son nid

La Marpa (Maison d’accueil et de résidence pour l’autonomie) est le fruit de plusieurs années de travail. Lorsque la maison de retraite a fermé ses portes le 1er janvier 2015, Saint-Romain-d’Urfé avait, depuis plusieurs années, anticipé ce cas de figure. Les trois équipes municipales qui ont suivi ce dossier avec enthousiasme se sont mis en harmonie complète avec différents partenaires à savoir la Mutualité Sociale Agricole, la Région, le Département, Loire Habitat, la Communauté de Communes du Pays d’Urfé, la Caisse d’Assurance Retraite et de la Santé au Travail Rhône-Alpes, Vinci, sans oublier les bénévoles et donateurs afin de concrétiser ce beau projet. L’association pour la création et la gestion de la MARPA du Pays d’Urfé a apporté également sa pierre à l’édifice et concrétisé réellement l’investissement le 12 janvier 2018 lors de la pose de la première pierre en présence de nombreux élus. Camille Thouny, la responsable de l’établissement a débuté en septembre 2019. Le 4 novembre de la même année, les salariés ont pris leurs fonctions. Deux jours plus tard, la première résidente posa ses valises au sein de l’établissement. Le démarrage s’opéra en douceur mais les inscriptions se sont intensifiées au cœur de l’été 2020. « Vingt résidents ont côtoyé la Marpa. Seize résidents avec une parfaite mixité homme-femme, âgés de 65 à 97 ans, sont actuellement au sein de l’établissement » souligne la responsable des lieux. La résidence dispose de 22 logements (20 T1 et 2 T2) afin d’accueillir 24 personnes. Il reste à l’heure actuelle un T2, trois T1 avec chambre séparée et deux studios.
La Covid-19 a perturbé le fonctionnement de la Marpa mais l’application stricte des règles sanitaires a permis de passer à travers les gouttes. La 2ème vaccination (rappel) s’est déroulée le vendredi 2 avril. Accompagnée par le Département, elle est organisée par la Sisa de Saint-Just-en-Chevalet. « On travaille régulièrement avec trois cabinets d’infirmiers, l’ADMR, le SSIAD et cinq médecins traitants » indique Camille Thouny.
Cinq agents polyvalents sont présents tous les jours afin d’aider au maximum les résidents. Un service de restauration a été mis en place. Côté cuisine, la Marpa utilise des produits locaux. De plus, à l’intérieur de l’établissement, une mini-boutique et un salon de thé ont vu le jour avec notamment la possibilité d’avoir des produits de première nécessité. Elle reste ouverte malgré le confinement mais uniquement pour les résidents de la Marpa. Les pensionnaires bénéficient également d’une salle d’exposition. Des photos du territoire sont exposées actuellement. Des thématiques ont vu le jour tout au long de l’année 2020. « Les résidents ont créé eux-mêmes la signalétique de l’établissement. D’autre part, ils gèrent également un jardin » précise la responsable. D’ailleurs, la municipalité vient d’installer un bac de jardinage destiné à accueillir des plantes aromatiques. Ces dernières seront précieuses pour agrémenter les petits plats préparés sur place avec des produits de saison. Des activités collectives ludiques tant divertissantes que stimulantes, des séances de gymnastique douce, jeux, loisirs créatifs ou plus intellectuelles composent le programme de 2021. Sur place, salon de coiffure, esthétique, maquillage, manucure ou abonnements de journaux sont à disposition des pensionnaires. La gestion administrative et financière de l’établissement est assurée par une association composée de membres bénévoles qui travaillent en équipe avec la responsable de maison. L’association verse une redevance au bailleur social. Les loyers demandés aux résidents varient selon la taille des logements. Les lessives et les repas sont en supplément. Les habitants du territoire peuvent venir régulièrement ou occasionnellement, sur réservation, prendre leurs repas ou tout simplement venir passer un bon moment. Ouverte sur l’extérieur, cette résidence a été pensée pour faire vivre le cœur du village. Elle est véritablement un trait d’union avec les habitants de la commune. « Les résidents au cours de cette première année de fonctionnement forment avec la responsable d’établissement et les agents polyvalents une grande famille. Au quotidien, une ambiance de partage et de solidarité s’est créé. L’aide de chacun est appréciée. De nombreuses activités variées ont été mises en place » tient à préciser Maryvonne Georges, membre du conseil d’administration de la Marpa. Ce dernier a approuvé en début d’année le projet d’établissement. Rédigé pour les cinq ans à venir, il comporte une trentaine d’orientations stratégiques. Les idées sont multiples pour animer ce lieu de vie confortable, sécurisé et adapté. La responsable du site et les membres de l’association espèrent voir cette famille s’agrandir dans les prochains mois. “Le coût de l’établissement a été parfaitement maitrisé et il permet aux résidents de bénéficier de loyers abordables” conclut Camille Thouny.